DEMOCRATIE DIRECTE

Que le peuple reprenne et conserve le contact avec le Pouvoir !

Mais les partis en Suisse aussi doivent renouer avec la démocratie, les membres et les élus en Suisse sont totalement ficelé par leurs directions élitistes et complexes.

Démocratie DIRECTE Spiritualité & Nature est un mouvement politique, qui donne le choix de toutes ses décisions à ses membres actifs. Ceux-ci lors des assemblées générales ou extraordinaires, décident à la main levée des décisions à la majorité.

Chaque membre actif peut se porter candidat pour une élection. Après un exposé de 5 à 30 minutes de chacun des candidats, les membres actifs élisent leur candidat préféré. Les candidats les mieux élus sont alors tirés au sort. Ainsi les élus n’auront pas la chance d’être élu une seconde fois. Les membres actifs peuvent également destituer un élu, membre ou un groupe de membre si 1 à 10% des membres le demande.

Les membres actifs voteront alors leur décision à la majorité.

L’EUROPE DOIT S’INSPIRER DU MODELE SUISSE.

Passer à d’une posture intériorisée d’esclave, ou d’enfant soumis, à une posture d’adulte responsable. Certes depuis 2008 des parlementaires européens peuvent décider d’un référendum, mais les conditions sont tellement dissuasives, qu’à ce jour aucun RIP Référendums-Initiatives- n’a été déposé.

Le RIC n’est appliqué intégralement qu’en Suisse, Uruguay et Californie.

Malgré la  récolte de 3,2 millions de signatures dans le cadre de « l’initiative citoyenne européenne  contre le TAFTA », les négociations de ratifications des traités transatlantiques ont continué imperturbablement. 

Réclamer plus de pouvoir est avant tout un acte de confiance en notre intelligence.

L’implication de citoyens dans des décisions politiques augmente naturellement leurs compétences et sens des responsabilité.

Quand au risque de lassitude de l’exemple Suisse, même si un citoyen sur deux ne s’implique plus dans toutes les votations, ceux qui ne vote pas sont attachés  à ce principe.

Il est si facile de dévoyer une règle…

Les garanties juridiques ne sont pas tant dans les règles et leurs écritures,      mais dans les individus qui veillent à leur application.                                             «La solidité de l’édifice dépend surtout de l’endroit où l’on met le juge ».

Actuellement les juges sont élus par les partis, il est temps de séparer de nouveau  le pouvoir juridique du pouvoir politique.