Une microtaxe à instaurer

La Liberté

: Edition du 15/

10/

2019

La classe politique traditionnelle (PDC, PLR, UDC, PS et Verts), qui s’écharpe à grappiller quelques milliards pour colmater une sécurité sociale plombée, au lieu de remettre en cause la mission de la Banque nationale suisse, fait le jeu des nantis. Le groupement politique Démocratie directe, spiritualité et nature (DDSN), que je coreprésente, est le seul à oser remettre en cause le mandat de la BNS.

Il s’agit de la banque centrale la plus indépendante du monde. Au vu des choix opérés par cette banque sur les marchés cette dernière décennie, il est légitime de se demander si c’est l’intérêt du pays qu’elle poursuit ou les intérêts des nantis. Il est inacceptable que le Conseil fédéral renonce à son rôle légitime d’intervention dans ce domaine.

Le DDSN est aussi le seul à offrir, avec la microtaxe en lieu et place de l’impôt fédéral direct et de la TVA, une solution de financement viable pour notre sécurité sociale. Il ne s’agit pas d’utopie. La France l’applique depuis 2012, mais seulement sur un certain type de transactions boursières, alors que nous voulons la généraliser.

Cette microtaxe nous permettra d’alléger le budget des familles et des entreprises, permettra à terme l’introduction du revenu de base inconditionnel, seule réponse viable selon nous à une société en devenir de type postindustrielle. Enfin désolé pour les Verts, mais nous sommes aussi écologistes, car nous avons un projet de société qui ne se base plus sur le profit à tout prix. La lutte contre les lobbies et une réforme de la justice nous tiennent aussi à cœur.

FLAVIO GUIDO,